​​​​LES PRINCIPAUX STYLES DE FORGE KOTO

Voici un bref aperçu des cinq grandes Traditions de forge de la période Koto. Il s'agit du style Yamashiro-Den, Yamato-Den, Bizen-Den, Mino-Den et Soshu-Den.

YAMASHIRO-DEN

 

 

SUGATA : Le Sugata du style Yamashiro (de la fin de l'ère Heian au début de l'ère Kamakura) était étroit et gracieux. Les lames avaient un large Mihaba qui se rétrécissait en Ko-kissaki (c'est ce qu'on appelle Funbari).

 

Du milieu à la fin de la période Kamakura, le Sugata est passé de fin à large. Le Kissaki est devenu plus gros et plus robuste (Ikubi Kissaki) et le Funbari (rétrécissement de la lame) a diminué de sorte que même au niveau du Yokote, la lame était large. C'était l'époque où le Bizen Den était à son apogée et cela a grandement influencé ces changements dans le Sugata du style Yamashiro.

 

De la période Nanbokucho à la période Muromachi, le style Yamashiro a progressivement disparu, mais elle continua d’influencer plusieurs écoles de forge l’époque Shinto.

JIHADA : Le plus courant est le Ko-mokume, généralement dans un motif de grain beaucoup plus fin que celui des autres écoles. Il contient Chikei et Ji-nie. Souvent, les premières écoles telles que celle d’Awataguchi auront un bel Utsuri et les lames seront très proches en apparence de celles de l'école Ko-Bizen. Du milieu, à la fin de la période de Kamakura, le Jihada devient Chu-mokume ou O-mokume, plutôt que Ko-mokume hada.

HAMON : Pendant l'ère Kamakura, il y a deux types de Hamon retrouvés sur les lames Yamashiro. Le premier était un Ko-choji Midare à base de Suguha, mélangé à du Ko-nie, affichant une splendide activité. Le deuxième type était un large Suguha Choji-midare basé sur un Suguha avec Ashi et Nie. Ce type de Hamon se retrouve dans l'école Rai et a été influencé par le style Bizen.

 

Pour les Hamon du milieu, à la fin de l'ère Kamakura, nous retrouvons une base de Suguha mélangée à une petite quantité de O-Midare, avec une bonne activité à l'intérieur du Hamon. On retrouve aussi des Midare Kyo-choji. Ce sont des Choji Midare basés sur des Suguha et dont le Yakigashira (haut du Midare) est incliné pour être plat.

NAKAGO : Long et effilé. Le Jiri (extrémité du Nakago) des lames forgées il y a 700 ans (les plus anciennes) était de type Kuri. Celles forgées après cette période ont tendance à être de type Kuri et Kengyo.

YAMATO-DEN

 

 

 

 

SUGATA : Le développement de la fabrication de sabres dans la région de Yamato au Japon était étroitement lié à la proximité de la région avec la capitale Nara. De plus, la prospérité des forgerons dépendait de leur relation avec les temples auxquels ils étaient affiliés.

 

À la fin de l'ère Heian et au début de l'ère Kamakura, la forme des lames de style Yamato était étroite et gracieuse. Elles étaient plus épaisses que celle de type Yamashiro avec un Shinogi beaucoup plus élevé. À la fin de l'ère Kamakura, les cinq écoles de forges de lames Yamato avaient pour la plupart disparues (à l'exception de l'école Hosho) et les lames Yamato de l'ère Nanbokucho sont très rares.

 

La tradition Yamato, cependant exerça une grande influence sur de nombreuses autres écoles telles que Shizu, Akasaka Senjuin, Ino, Uda, Asako, Iruka, Sudo, Mihara, Kanabo et autres.

JIHADA : Le Jihada du style Yamato (du milieu de l'ère Kamakura) sera plus gros que le fin Jihada de l'école Yamashiro de la même époque. Il sera composé de Masame-hada, mais lorsque le Jihada est de type Mokume, il tend plutôt à être un Nagare-hada combiné avec un Masame-hada d'une certaine finesse. Il y aura toujours du Masame-hada dans le Shinoji-ji. L'école Taima aura un beau Mokume-hada bien forgé mélangé avec un Itame-hada avec Chikei et Yubashiri qui apparaissent. Seule l'école Hosho aura toujours un pur Masame-hada avec un Ji-nie abondant.

HAMON : Le Hamon est une base de Suguha en Nie-deki, comme c'est le cas dans la tradition Yamashiro, mais avec des activités verticales telles que du Nijuba, Uchinoke et Hakikake qui apparaissent le long du Hamon. Le Nie est plus important que dans la tradition Yamashiro et plus lumineux. La quantité de Nie sur une lame varie entre abondante ou rare. Occasionnellement et en particulier dans l'école Senjuin, le Suguha Hotsure sera mélangé avec le Ko-choji et le Ko-midare. Comme pour les autres écoles, il y aura du Nijuba, Uchinoke, Kuichigaiba, Kinsuji et Hakikake.

NAKAGO : Le Nakagojiri varie quelque peu selon les écoles. Les écoles Taima et Shikkake ont un Nakagojiri de type Iri-yamagata, les autres un Nakagojiri de type Kuri. Les Yasurime sont de types Takanoha, Higaki, Kiri ou Katte-sagari selon les écoles.

BIZEN-DEN

SUGATA : Les lames sont gracieuses avec Koshi-zori (la courbe du Sori est concentrée dans le tiers inférieur de la lame) sont considérées comme une caractéristique des lames Bizen Den. On retrouve un Koshi-zori très prononcé sur de nombreuses lames Ko-Bizen, de la fin des époques Heian et du début de l’époque Kamakura ressemblant aux lames de la tradition Yamashiro de la même époque.

 

Au milieu et à la fin de l'ère Kamakura, la brillante tradition de Bizen est établie par les écoles Ichimonji et Osafune. Le Sugata devient plus grand que ceux des périodes précédentes et nous commençons à voir des lames avec un gros et fort Ikubi Kissaki. On peut observer un Sugata moins prononcé comme sur les lames plus anciennes et ressemblant aux lames Yamashiro Den.

 

L'ère Nanbokucho apporte des Sugata démesurés où l'on retrouve des lames atteignant une longueur allant jusqu'à 91cm et avec de très grands Kissaki. Au cours de l'ère Muromachi, la longueur de la lame devient plus courte et le Sori est déplacé sur la lame créant un Saki-zori. On voit naître l'Uchi-katana, court sabre d'à peine 60 cm et qui pouvait être manié d'une seule main. Le style Bizen continua jusque dans les époques Shinto et Shinshinto.

JIHADA : Principalement composé d'une combinaison d'Itame-hada et de Mokume-hada. L’on retrouve des Ko-mokume, Chu-mokume et O-mokume qui sont généralement combinés avec Itame-hada. Un Utsuri sous différentes formes est fréquemment vu dans le Ji.

HAMON : Principalement en Midareba et en Nioi-deki. Il existe de nombreuses formes de Choji-midare et des Gunome-midare. Le puissant Juka-choji de l'école Fukuoka Ichimonji (de l'ère Kamakura) est considéré par beaucoup comme étant le travail le plus abouti du style Bizen qui était alors à son apogée. On retrouve aussi des Suguha, en particulier à l'époque Muromachi et plus tard. Le Nie est de taille moyenne et abondant le long de la ligne du Nioi,et on le trouve rarement sous la forme de Ji-nie.

NAKAGO : Les Nakago les plus anciens ont tendance à être longs et minces, avec un Niku en Hira (arrondie) et ils sont bien proportionnés. Au fil du temps, ils sont progressivement devenus épais et courts avec des côtés parallèles et après Oei, (1394-1428) il y en avait beaucoup qui étaient si courts qu'à première vue ils semblaient déséquilibrés. Ceux-ci sont appelés Uchi-gatana et généralement utilisés d'une seule main. Le Nakago-jiri est généralement de type Kuri.

MINO-DEN

 

SUGATA : Au début de la période Mino, le Sugata était à peu près standard par rapport à ce qui se faisait vers la fin de l'ère Kamakura. Le Mihaba n'était pas très large et le Kissaki était tout au plus un Chu-kissaki.

 

Du milieu de l'ère Nanbokucho au début de l'ère Muromachi, le Mihaba devint plus large et le Kissaki plus grand. Les Tanto sont rares. Les Hira-zukuri Ko-wakizashi avec un large Mihaba et un Sori sont populaires.

 

Au cours de la dernière période Mino (L'école Sue-seki), deux Sugata de Katana furent développés. L'un avec un Shinogi-ji plus large que d'habitude, malgré son Mihaba relativement étroit. L'autre avec un Mihaba plus large, un Shinogi-ji plus étroit et avec un profond Saki-zori. Souvent l’on retrouve des Shobu-zukuri Tanto, des Yari et des Naginata. Il existe trois tailles générales de Tanto, environ 20 cm, 26 cm et plus de 30 cm.

JIHADA : Pendant le début de la période Mino, on retrouve des O-mokume Hada combinés avec des Masame-hada avec des Chikei et Ji-nie abondants. La Jihada est claire et n'apparaît pas blanchâtre. Au milieu de la période Mino, on retrouve un Mokume-hada combiné avec un Masame-hada qui se détache près du Hamon dans le Shinogi-ji. Le Jigane a l'air un peu blanchâtre et puissant.

 

Pendant la dernière période Mino les lames auront un puissant Jigane. Le Jigane sera sombre, presque noirâtre. Le Ji sera un grossier Mokume-hada et le Hada dans le Shinogi-ji sera un Masame.

HAMON : Pendant la première période on retrouve des lames forgées en Nie-deki, avec un Nie abondant et un Nioi épais. Le Nie et le Nioi sont brillants et on trouvera parfois de larges Nie. Les largeurs varient considérablement. Le Hamon sont de types O-midare, O-gunome midare, Notare-midare, etc.., avec des Kuzure, Inazuma, Sunagashi et Kinsuji.

 

Dans la période médiane, le Hamon sera large en O-midare ou Gunome-midare, avec du Nie. Le Hamon a une zone déformée qui produit du Togari-ba et des Sunagashi.

 

Pendant la dernière période on trouve des Togari Gunome avec trois pics à intervalle régulier. C'est le célèbre Sanbon-sugi (trois cyprès) pour lequel l'école Mino est célèbre. On trouvera d'autres motifs de Hamon tels que les O-notare, Yahazu-midare, Hitatsura, etc. Parfois, on peut également être trouver de temps en temps des Suguha. Notez cependant que dans tous les Hamon du style Mino den, il y aura toujours au moins un petit Midare pointu (Togari). Cela est même vrai pour les Suguha (droit).

NAKAGO : Le Nakago de la première période sera en Kuri-jiri et sur les Tanto, on voit parfois en Furisade avec un profond Sori. Les Yasurime sont de types Kiri ou Katte-sagari peu profonds. Le Yasurime de la période moyenne peut être de types Kiri, Katte-sagari ou parfois de type Higaki. Au cours de la dernière période Mino, le type Kurijiri est très populaire et les Yasurime sont généralement de types Higaki ou Takanoha.

SOSHU-DEN

SUGATA : Le style Soshu-Den fut fondé dans la ville de Kamakura et a été la dernière des cinq grandes écoles Koto à apparaître. Le Soshu-Den fut fondé à la fin du 13éme siècle par Shintogo Kunimitsu qui puise ses racines dans l'école Awataguchi de la tradition Yamashiro.

 

Ainsi, les premières lames de style Soshu de la fin de l'ère Kamakura et du début de l'ère Nanbokucho montrent l'influence de la tradition Yamashiro de la même époque. Le Sugata avait tendance à être large et souvent avec un Kissaki plus grand. Généralement, pendant la première période et en milieu de période Soshu, les lames avaient un Sori de type Torii Sori qui se transforma à l'ère Muromachi en Saki-zori.

JIHADA : Le Hada est le plus souvent un très fin et compact Itame-hada, mélangé à un Mokume-hada. Parfois, il sera combiné avec O-hada. Il a du Nie et de l’Ara-nie abondants tout au long du Ji. Il prendra souvent la forme d'un Hitatsura (trempe complète), en particulier pendant le milieu de la période de fabrication des lames Soshu (ère Nanbokucho).

HAMON : Le Hamon se présentera sous diverses formes. Les premières lames Soshu sont fortement influencées par le style Yamashiro et on retrouve donc un beau Mokume-hada avec un Ji-nie abondant et un Yubashiri arrondi. D'autres seront larges et basés sur un Suguha, mais mélangés avec un Notare et en Nie Kuzure. Il prendra souvent la forme d'un Titatsura (trempe complète), en particulier dans la le milieu de la période moyenne de fabrication des lames Soshu (ère Nanbokucho).

NAKAGO : La forme de Nakago la plus courante est probablement le Funa-gata. Une autre forme typique est appelée Tanago-bara. (Cela ressemble à l'abdomen du poisson Tanago que l'on trouve dans les rivières de la province de Soshu). Le Nakagojiri est communément de type Kengyo.

 

 

 

Composition1 - Copie (2).jpg
Composition1.jpg
Composition2.jpg
Composition2 - Copie.jpg
gokaden.png

GOKADEN OU LES 5 TRADITIONS DE FORGE DE L’ÉPOQUE KOTO

gokaden.jpg
Composition1 - Copie.jpg