Composition2.png

VENTE D’ARMES DE SAMOURAI DIVERSES ANCIENNES

L'Atelier du Sabre Japonais, vous propose des armes de Samouraï anciennes :

 

  • Kusarigama

  • Yoroidoshi

  • Etc..

Nous pouvons  faire pour vous des recherches suivant vos besoins.

Pour ce faire, nous définissons ensemble votre cahier des charges avec :

  • L'état de la pièce (Très bon, bon, etc..)

  • L'age de la pièce (Période Meiji, Edo, etc..)

  • Fourchette de prix maximum (Pour ne pas avoir de surprise)

 

Sankozuka-Ken-Vajra-and-Bonji - Copie -

KUSARIGAMA - YOROIDOSHI - JUTTE - ETC -  ANCIENS A VENDRE

CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

 

 

Description des marchandises proposées à la vente : Les marchandises sont décrites en fonction des connaissances sur l'objet du moment et peuvent être modifiées à tout moment, en fonction de l'évolution de celles-ci. Les descriptions ne sont pas des Expertises, mais sont le reflet des connaissances acquises sur le sujet et n'engage en aucun cas les personnes qui les ont rédigées. Elles sont réalisées en toute transparence et faites de toute bonne foi, sans falsification de quelque sorte que ce soit.

KUSARIGAMA DE LA PÉRIODE FIN-EDO (1820 - 1850)

  • Lame (courbe) : Longueur 14 cm - Hauteur = 3.2 cm - Épaisseur = 0.3 cm, avec une petite gorge laquée rouge sur une des faces.

  • Manche (recouvert de nacre) : Longueur = 40 cm

 

  • Kusari (chaine) : Longueur = 1.90 m

  • Fundo (masse en acier) : Poids = 143 grs

 

  • Prix : Vendu

Qu'est-ce que le Kusarigama :

Le Kusarigama est une arme traditionnelle japonaise constituée d'un Kama. L'équivalent japonais de la faucille) équipée d'une chaine en métal (Kusari) avec une masse en fer à son extrémité (Fundo). Le Kusarigama aurait été développé pendant la période Muromachi.

Pour porter une attaquer, il faut entraîner et balancer la chaîne avec la masse, en réalisant de grands cercles au dessus de la tête, puis fouetter pour empêtrer la lance, le sabre ou tout autre arme et/ou immobiliser les bras ou les jambes de l'adversaire.

Cela permet à son utilisateur de s'élancer facilement pour le frapper à l'aide du Kama (Faucille). Il est également possible de frapper en lançant la masse directement avec la chaine, causant des blessures graves ou mortelles à son adversaire, tout en restant hors de portée de son sabre ou de sa lance.

L'art de la manipuler le Kusarigama est appelé Kusarigamajutsu.

Sankozuka-Ken-Vajra-and-Bonji - Copie -

TEKKAN - KABUTOWARI DE LA PÉRIODE FIN-EDO (1820 - 1850)

Cette arme est le complément idéal d’une collection d'armes traditionnelles japonaises.

  • Lame (courbe) : Longueur 34 cm - Avec une petite gorge en forme d vague sur les 2 faces.

  • Poignée : Longueur = 10.7 cm - Petite décoration à l’argent de chaque côté, schématisant 2 montagnes.

  • En bronze coulé en une seule pièce : Poids = 506 grs

  • Dans sa boite d’origine.

  • En très bon état.

  • Très beau Himo d’origine (Cordon)

 

  • Prix : 550€ TTC

Qu'est-ce que le Tekkan - Kabutowari :

Le Tekkan, serait l’évolution d'une étrange arme utilisée sur les champs de batailles et prétendument fabriquée par le célèbre « Goro Nyudo Masamune ». Cette ancienne arme était composée de barres de fer attachées avec une corde, sur un manche en bois. Les guerriers faisaient pivoter l'arme et frappaient, d'un coup violent, les casques en fer des adversaires.

 

Kabutowari signifie littéralement "briser le Kabuto", l'emblématique casque de Samouraï, mais cela tient plus du mythe que de la réalité. Sur les champs de batailles, les guerriers portaient, Kabuto et armures, cependant ces équipements étaient certainement trop robustes pour pouvoir être fissurés ou fendus avec des armes aussi légères, que le Kabutowari. Cette arme était aussi très utilisée par les marchands et les fermiers, à qui la loi interdisait de porter ou même de posséder la plupart des armes tranchantes et notamment les sabres.

 

Ces armes (ressemblant à un Jitte), souvent appelés Hachiwari ou Kabutowari, avait des lames métalliques épaisses et courbées, aux bords non aiguisés et munis d’un crochet près de la base du manche. Les Kabutowari mesuraient généralement entre 35 à 45cm de long.

 

Lors d'un combat, la poignée, la tige et le crochet étaient utilisés soit, pour parer le sabre d'un adversaire, soit pour attraper les cordes, afin de séparer les plaques d'armure ou pour arracher un casque, laissant l'adversaire vulnérable. La lame incurvée et pointue permettait aussi, d’accéder et de percer les zones non protégées ou plus faibles de l'armure japonaise, comme l'ouverture située juste dans la zone des aisselles.

 

 

IMG_1789(1).gif
Sankozuka-Ken-Vajra-and-Bonji - Copie -
Sankozuka-Ken-Vajra-and-Bonji - Copie -

TRÈS RARE KUSARIGAMA DE LA PÉRIODE FIN-EDO (fin 18éme siècle)

  • Lame (courbe) : Longueur 15 cm - Hauteur = 4 cm - Épaisseur = 0.8 cm (partie non tranchante).

  • Manche (en acier recouvert de laque nacrée) : Longueur = 29 cm

  • Kusari (chaine) : Longueur = 2.56 m

  • Fundo (masse en acier) : Poids = 110 grs

  • Prix : 750€ TTC

Qu'est-ce que le Kusarigama :

Le Kusarigama est une arme traditionnelle japonaise constituée d'un Kama. L'équivalent japonais de la faucille) équipée d'une chaine en métal (Kusari) avec une masse en fer à son extrémité (Fundo). Le Kusarigama aurait été développé pendant la période Muromachi.

Pour porter une attaquer, il faut entraîner et balancer la chaîne avec la masse, en réalisant de grands cercles au dessus de la tête, puis fouetter pour empêtrer la lance, le sabre ou tout autre arme et/ou immobiliser les bras ou les jambes de l'adversaire.

Cela permet à son utilisateur de s'élancer facilement pour le frapper à l'aide du Kama (Faucille). Il est également possible de frapper en lançant la masse directement avec la chaine, causant des blessures graves ou mortelles à son adversaire, tout en restant hors de portée de son sabre ou de sa lance.

L'art de la manipuler le Kusarigama est appelé Kusarigamajutsu.

IMG_1789(1).gif

RARE A LA VENTE, TRÈS BELLE NAGINATA (17éme siècle)

Prix : 3600€ TTC, hors frais de port.

 

 

TRÈS BELLE NAGINATA COMPLÈTE EN TRÈS BON ÉTAT, du début de l'Ère Edo - Période Kanbun 1661-1673 (17éme siècle), avec sa lame Shinto (non certifiée Japon), signée 濃洲関住寿命 «Noshu Seki Ju Jumyo» de l'École de forge Jumyo.

 

L'École de forge Jumyo prospéra dans la Province de Yamato, puis dans la Province de Mino (Noshu) et son Koshirae en Raden.

 


La Naginata est une arme japonaise à lame courbe, particulièrement appréciée par les moines et pouvant atteindre jusqu'à deux mètres en longueur, et qui était utilisée autrefois sur les champs de bataille pour couper les jarrets des chevaux. C'était également une arme très efficace dans le combat à mi-distance contre un guerrier à pied.



CARACTÉRISTIQUES

  • Longueur totale de lame : 60.9cm

  • Toushin (Nagasa) : 33.7cm

  • Poids : 472grs

  • Sori : 1.8 cm

  • Mekugi ana : 3

  • Nakago de type : Standard – Futsu Gata - Extrémité de type : Ha-Hagari-Kuri-Jiri - Yasuri-mei : Higaki

  • Mune de type : Mitsu Mune

  • Sugata de type : Naginata-zukuri

  • Bo-hi : 1 Naginata-hi + 1 petite gorge de type Soe-hi sont présentes de chaque côté de la lame.

  • Jihada de type : Ko-itame-hada

  • Hamon de type : Gunome-midare

  • Kissaki de type : Sensaki

  • Boshi de type : Yakizume

  • Acier de type : Tamahagane

  • Défauts : Présence de taches d’oxydation, mais en très bon état

 

KOSHIRAE - Hampe (manche)

  • Longueur : 184,7cm.

  • Matériau : En bois laqué noir et en Raden

  • Constitué de différentes pièces : 1 Kaburamaki, 4 Tsukekanamono en fer (pour le renforcement du haut du manche), 1 Mizugaeshi et 1 Ichizuki en fer (fixés à l’extrémité basse du manche)

  • Habaki et Seppa en cuivre plaqué argent

  • En bon état, malgré l’âge vénérable du Naginata et toutes les pièces sont d’origine.

  • Défauts : de nombreux carrés du Raden sont partis avec le temps et la laque a craquée par endroits et manque.

 

IMG_1789(1).gif
Sankozuka-Ken-Vajra-and-Bonji - Copie -

TRÈS RARE ET AUTHENTIQUE ENSEMBLE DE 3 BO-SHURIKEN, GRAVES, AYANT APPARTENUS A UN MEMBRE IMPORTANT DE LA DAI NIPPON BUTOKU KAI D.N.B.K. (fin 19ème siècle)

TRÈS RARE ET AUTHENTIQUE ENSEMBLE DE 3 BO-SHURIKEN KUGI-GATA, GRAVES, AYANT APPARTENUS A UN MEMBRE IMPORTANT DE LA DAI NIPPON BUTOKU KAI D.N.B.K. (fin 19ème siècle)

 

PRIX :   950€

Hors frais de port.  Pour les autres pays nous consulter.

IMG_1789(1).gif

Réf : shuri25022021 - Ensemble de 3 Bo-Shuriken Kugi-gata de la Période Edo (fin 19éme siècle)

Très rare ensemble de 3 Bo-Suriken Kugi-gata anciens, chacun gravé avec des Kanji sur les 4 faces, rangés dans leur mini Bukuro qui est fermé par une chaine. Ces Shuriken ont appartenus à un membre important de la « Dai Nippon Butoku-kai » D.N.B.K. (2 badges, dont 1 avec sa boite).

Un badge de Membre régulier est accroché à la chaine et un badge de Membre spécial (plaqué or avec un ruban rouge et blanc, avec sa boite de rangement) est apposé sur le petit Bukuro, indiquant que le possesseur de ses Shuriken faisait partie des pratiquants qui excellaient dans les Arts martiaux (et notamment  dans la pratique du Shurikenjutsu) et qui était honoré et reconnu par la "Dai Nippon Butoku Kai".

Les Bo-shuriken (棒手裏剣) sont en formes de stylets, avec une section carrée et ne comportent qu'une seule pointe.

​​Caractéristiques :

  • Date : forgées en Avril-Mai 1868, fin Edo (19éme siècle)

  • Matériau : Acier

  • Poids : Environ 30 grammes par Shuriken, soit environ 90 grammes pour l’ensemble

Dimensions :

  • Longueur : 15 cm

  • Section carrée de : 0.6 x 0.6 cm

  • En bon état, présence de zones d’oxydation.

 

Les inscriptions en Kanji sur les 4 faces des Shuriken, sont assez souvent retrouvées sur certaines lames de sabres. Ces inscriptions en Kanji correspondent aux noms de grands temples Bouddhistes ou bien Shintoïstes suivant le cas :

  • 南無阿弥陀仏 Traduit en : Namu Amida Butsu - Mantra Bouddhique de l’École Nichiren, Tendai.

  • 春日大明神  Traduit en : Kasuga Dai Myojin - Nara

  • 天照大神宮  Traduit en : Tenshou Dai Jingu - Kyushu

  • 八幡大菩薩  Traduit en : Hachiman - Dai Bosatsu

 

(Amaterasu) Tensho Kotai Jingu (Est un Sanctuaire à Kyushu où les gens avaient l'habitude de venir prier pour la résolution pacifique des conflits et pour éviter la guerre)

Kasuga Dai Myojin (Sanctuaire où une célèbre divinité Shinto qui, parmi beaucoup de choses, est priée pour une bonne santé. Il y a plusieurs sanctuaires consacrés à cette divinité. Le plus célèbre est à Nara. Mais aussi sur l'île de Sado dans l'ancien domaine d'Echigo.

Rappel historique : La prestigieuse « Dai Nippon Butoku-kai » D.N.B.K, fut créé le 17 avril 1895 avec le soutien de l'Empereur du Japon. Le but déclaré de cette l'organisation (environ 2 millions d’adhérents) était de promouvoir les arts martiaux et d'éduquer la population dans les arts de combat. Bien sûr, l'objectif plus large était de renforcer les corps et les esprits des Japonais à travers la pratique des diverses compétences martiales. Bu signifie « Martial » et Toku signifie « Moral ». Kai signifie « Association ».

Sankozuka-Ken-Vajra-and-Bonji - Copie -

RARE ET MAGNIFIQUE « KAYAKU IRE » POIRE A POUDRE NOIRE POUR TEPPO, TANEGASHIMA  DE LA PERIODE SENGOKU (16ème siècle)

45
45

« KAYAKU IRE » POIRE A POUDRE NOIRE POUR TEPPO, TANEGASHIMA  DE LA PERIODE SENGOKU (16ème siècle)

 

PRIX :   850€

Hors frais de port.  Pour les autres pays nous consulter.

IMG_1789(1).gif

Réf : kayaku25022021 - « Kayaku Ire » Poire à poudre noire pour Teppo, Tanegashima de la Période Sengoku (16éme siècle)

Très joli ensemble, précieux, assez rare dans cet état, très belle patine, composé d’une poire à poudre noire décorée de feuilles de vignes et d’arabesque en inlay à l’argent, d’un cordon servant à l'attacher et d’un Netsuke en corne.

  • Époque :16ème siècle

  • État :Très bon état

  • Matière : Fer

  • Longueur :14cm

  • Diamètre : 4cm

 

Les Teppo ou Tanegashima à platines à mèche de cette époque étaient très sensibles à l'humidité et à la pluie car la poudre devenait inefficace. Cette poire servait donc à protéger la poudre noire de la pluie et de l’humidité.

Rappel historique de la Période Sengoku (1490 et 1600) : Le pays fut constamment en guerre au cours de la Période Sengoku entre 1490 et 1600, les seigneurs féodaux se disputant la suprématie. Les fusils à platines à mèche étaient très utilisés et tenaient un rôle important dans les batailles. En 1549, Nobunaga Oda commanda 500 fusils pour ses armées.

Sankozuka-Ken-Vajra-and-Bonji - Copie -

ANTIQUE TESSEN "TENERASHI-GATA" « SENSU-GATA » EN FER MASSIF (éventail de défense) DE LA FIN DE LA PÉRIODE EDO/DEBUT MEIJI DANS SA BOITE DE RANGEMENT JOLIMENT CALLIGRAPHIÉE. (18/19ème siècle)

ANTIQUE TESSEN "TENERASHI-GATA" « SENSU-GATA » EN FER MASSIF (éventail de défense) DE LA FIN DE LA PÉRIODE EDO/DEBUT MEIJI DANS SA BOITE DE RANGEMENT JOLIMENT CALLIGRAPHIÉE. (18/19ème siècle)

 

PRIX :   550€

Hors frais de port.  Pour les autres pays nous consulter.

IMG_1789(1).gif

Réf : tessen26022021 - Antique Tessen "Tenerashi-gata" en fer massif (éventail de défense) de la fin de la période Edo/Début Meiji.

Description :

Ce Tessen est une arme défensive en fer moulé, imitant un éventail pliant fermé, avec un tigre en relief sur un côté et avec un dragon en relief au revers, qui représentent les mythiques et bénéfiques gardiens de la nature, que l’on retrouve aussi en opposition sur les Temples anciens.

 

La poignée est enveloppée de cuir et se termine par un petit cordon de soie.

Caractéristiques :

  • Poids : 729 grammes

  • Longueur : 27.9 cm

  • Largeur : 3.2 cm

  • Épaisseur : 2.8 cm

  • Rangement : Boite de rangement en paulownia joliment calligraphiée.

  • État : En très bon état, le fer est joliment patiné.

Rappel historique :

 

Les Tessen étaient favorisés par les Samouraï et utilisés dans des endroits où ils n'étaient pas autorisés ou pas possible d’apporter un sabre, leurs garantissant d’être toujours armés. A la période Edo, les Tessen étaient très appréciés et utilisés par les Samourai de haut rang, qui ne pouvaient pas utiliser leurs sabres ou par les Samouraï, qui préféraient l’utiliser contre des adversaires de rang inférieur, car utiliser un sabre contre eux était considéré comme inconvenant.

Après le Haitorei (Édit gouvernemental d'interdiction des sabres, 28 mars 1876), cette arme connue un nouvel engouement.

LE PRIX EST EN FONCTION DE L'ÉTAT, DE L'ANCIENNETÉ ET DE LA RARETÉ.

NOUS CONTACTER POUR LES DIMENSIONS OU POUR TOUTE DEMANDE.

enveloppe02.png